Notre corps émotionnel est en berne

Et si je disais réellement ce que j’ai besoin de dire ?

Billet d’humeur n°10 28 mars 2014

Sur l’Autonomie et notre corps émotionnel.

C’était le journal d’informations de France Inter de ce matin, le journaliste nous rappelait le nouvel horaire d’été, avec aplomb : « n’oubliez pas, que ce week-end, dans la nuit de samedi à dimanche, vous devrez reculer vos montres d’une heure ».

Un petit mouvement interne se fit sentir dans mon corps et en même temps, je pensais : – pas possible, il va se reprendre, quelqu’un va dire quelque chose…suis curieuse de voir comment il se rattrape….. j’ai attendu une vingtaine de minutes, mais personne ne s’est manifesté pour corriger cette bourde.

Alors que dire de ces tonnes d’informations et de conseils dont nous bombardent les professionnels des ondes, de ces : « vous devez faire ceci, croire cela », ou bien ces «  tous les français pensent que…. « , ou encore ces « nous avons tous envie, peur ou besoin de…. » qui nous enferment dans leurs certitudes, leurs croyances, ou leurs propres limites personnelles, que peu remettent en question.

Que se passe-t-il là ? Nous avons lentement abandonné, au cours de notre évolution, l’usage de nos 3 cerveaux : le cerveau reptilien, celui qui contrôle les fonctions vitales, le cerveau cognitif, dans lequel les neurones organisent la pensée et le raisonnement, et le cerveau du cœur. Nous sommes éduqués au contrôle excessif, à la dénégation de nos émotions, de nos ressentis. Nous ignorons souvent les signaux que nous envoie notre corps une fois que notre éducation a fait ses dégâts. Nous sommes dans le traitement rationnel de l’information, nous concentrons sur nos peurs et notre survie.

Notre corps émotionnel est en berne. Nous n’écoutons plus nos sentiments. Notre système limbique et notre cerveau reptilien sont en train d’être relayés par notre cerveau cognitif. Nos sentiments s’effacent sous nos conditionnements.

Dès lors, nous sommes submergés, entraînés par une vague plus grosse que nous, qui comme un tsunami, nous noie dans un système où nous ne pouvons plus juger de ce qui est juste et bon pour nous. Nous ne voyons plus, n’entendons plus, ne sentons plus, et glissons irrémédiablement vers le déséquilibre , les dysfonctionnements et les souffrances qui nous rendent de plus en plus vulnérables . Et comme notre inconscient a horreur des changements, voilà que nous devenons des machines à refoulements, des esclaves de la pensée unique, et nous endormons à la possibilité d’action.

C’est le fonctionnement simultané de ces trois cerveaux qui peut nous mener le plus sûrement vers une connaissance du Soi, vers une capacité à ne pas se laisser déborder par nos émotions, à trouver un équilibre personnel face à toute situation.

Retrouvons le chemin du langage de notre corps et de notre cœur. Retrouvons le chemin de la vie, réapprenons à écouter ce qui se passe en nous, à accueillir qui nous sommes, et ainsi, nous regagnerons notre « autonomie », et donc, notre liberté.

Pour ne plus nous laisser faire.

Et pour l’info….il fallait l’avancer d’une heure, bien sûr!

Cliquez ici pour laisser un commentaire 0 Commentaires

Laissez un Commentaire :